Plan de lutte 2019-2020

055 - École Montcalm

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE





















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
Questionnaire SEVEQ et observations diverses des membres du comité 2019-05-10

Forces du milieu
Comme nous n'avons pas reçu l'analyse des résultats compilés à la suite de la passation du questionnaire SEVEQ, nous nous sommes basés sur des observations tirées du quotidien pour faire valoir les forces du milieu. Néanmoins, nous lirons et tiendrons compte du rapport lors de nos rencontres de 2019-2020. - Le personnel de l'école est mobilisé pour travailler de façon concertée; c'est ressorti par le choix des nouvelles orientations du projet éducatif. - Le personnel de l'école a démontré un intérêt commun à trouver des moyens pour réduire les comportements conflictuels chez les élèves. - Beaucoup d'élèves démontrent des comportements prosociaux (ouvrir la porte à un adulte, le laisser passer avant lui, dire merci, vouloir aider un autre élève, rendre service à son enseignant ou à un autre adulte de l'école, etc.) - L'école comptera 3 TES (soit une de plus, et c'est un choix d'équipe, afin de se donner le temps pour intervenir de façon préventive) - La psychoéducatrice sera avec nous 5 jours sur 5 (soit 1 jour de plus que cette année, c'est aussi un choix d'équipe, afin d'assurer également de la prévention et un suivi régulier pour certains élèves qui ont besoin d'être outillés.) - La bienveillance est une pratique éducative véhiculée par la direction et valorisée par l'ensemble du personnel.

Vulnérabilité ou problématiques Cible
Comme nous n'avons pas reçu l'analyse des résultats compilés à la suite de la passation du questionnaire SEVEQ, nous nous sommes basés sur des observations tirées du quotidien pour faire ressortir les vulnérabilités du milieu. Néanmoins, nous lirons et tiendrons compte du rapport lors de nos rencontres de 2019-2020. - Le nombre de manifestations d’insulte et de violence verbale semble élevé. - Des élèves réagissent promptement face aux actions ou aux paroles d'autres élèves, et cela dégénère. - Plusieurs situations de conflits ou de réactions se passent sur les cours de récréation ou lors des déplacement. - Lors du dîner, des élèves sont plus vulnérables, des conflits surviennent en raison de la mixité des sous-groupes. - Tous les intervenants, y compris les surveillantes du SDD et les éducatrices du SDG, auraient avantage à appliquer les mêmes méthodes de résolution de conflits tout en utilisant le même discours. - Certains élèves répondent négativement à des interventions lorsque celles-ci proviennent d'enseignants ou d'intervenants autres que leur titulaire (avec lequel il y a un lien plus significatif) - Le système de renforcement des comportements attendus est à revoir pour nous assurer d’inclure l’ensemble des élèves lors des activités-récompenses. Augmenter d’ici mai 2020 le nombre d’élèves par classe qui ont développé les habiletés de la gestion des émotions suivantes: - Utiliser des stratégies pour rester calme ou pour se calmer; - Nommer les émotions ressenties lors d’un conflit; - Exprimer ses émotions d’une manière adéquate et respectueuse.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
Utilisation d'une grille de cueillette de données des compétences des élèves par les enseignants de chaque groupe. Pour chacun des élèves de leur classe, les enseignants auront à évaluer la présence ou non de sa capacité de gestion de ses émotions dans un contexte de conflit (selon la cible). Il y aura 3 cueillettes de données (octobre, janvier et mai) et les élèves chez qui les critères de la gestion des émotions seront plutôt présents seront comptabilisées. Après la 3e cueillette, les données permettront de quantifier le nombre d’élèves pour lesquels la gestion des émotions est plutôt présente. 1re cueillette de données par les enseignants : (début d'octobre, avant l’animation d’ateliers) 2e cueillette de données par les enseignants : (fin de janvier, afin de faire un bilan de mi-année) 3e cueillette de données par les enseignants (début de mai, afin d'en faire un bilan et évaluer la cible) Le comité plan de lutte compilera les résultats et fera un suivi aux membres du personnel de l’école.

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées
- Que l'élève puisse s'amuser en respectant les autres. - Que l'élève puisse demander de l'aide au besoin quand il sent qu'il aura de la difficulté à garder son calme. - Que l'élève puisse nommer des stratégies personnelles pour se calmer ou rester calme. - Que l'élève soit en mesure de reconnaître l’intensité de ses émotions à l’aide du thermomètre intérieur. - Que l'élève, en pratique autonome, utilise une stratégie pour se calmer lorsque son émotion est intense en situation de conflit. - Que l'élève puisse nommer ses émotions aux adultes et aux autres élèves lors d’un conflit. -Que l'élève puisse identifier une solution alternative pacifique à un geste impulsif agressif ou à des paroles blessantes. Actions au niveau des groupes-classes: - Enseigner systématiquement les comportements attendus, dans tous les groupes (enseignants, TES en soutien). - Préparer des ateliers de formation sur l'auto-contrôle et la gestion des émotions en vue de développer des stratégies pour rester calme ou pour retrouver le calme dans des situations pouvant se transformer en conflits (TES et psychoéducatrice en concertation avec l'équipe) - Présenter, lors d'un atelier, une méthode concertée d'auto-contrôle pour rester calme ou revenir au calme lors de conflits (TES, psychoéducatrice, en collaboration avec le titulaire). - Modéliser, lors d'un atelier, la méthode de résolution de conflits auprès des élèves (TES et psychoéducatrice, en collaboration avec l'enseignant-titulaire). Actions au niveau de l'élève, en contexte: - Accompagner les élèves dans l'appropriation de cette méthode de retour vers le calme et la modéliser au besoin. - Prévoir des moyens de réparation pour chaque geste inadéquat à connotation violente envers un autre élève. - Renforcer les comportements positifs et prosociaux dans tous les contextes. Actions au niveau de l’école: - Appliquer les modalités du plan de surveillance, notamment, sur les cours de récréation, aux salles de toilette et dans les corridors. - Profiter de la surveillance pour renforcer les comportements attendus (surtout en lien avec le langage approprié et la résolution des conflits). - Animer des ateliers spécifiques sur la gestion de la colère et de la résolution des conflits avec un sous-groupe d’élèves (TES ou psychoéducatrice). - Mettre en place un plan d'accompagnement (protocole d'interventions et système de feuille de route avec renforcements positifs) pour un élève ayant besoin d'un accompagnement particulier lorsque la situation est persistante (comité ad hoc composé de l'enseignant titulaire, de la TES, de la psychoéducatrice et du directeur adjoint, information, consultation ou présence d'enseignants spécialistes, information, consultation ou présence des parents de l'élève) - Gestion des temps de récompense (période de jeu) par la TES en collaboration avec l'enseignant-titulaire. - Communication du plan d'accompagnement par la TES à l'élève, aux parents, aux enseignants qui travaillent avec cet élève, à la technicienne en SDG, à l'éducatrice ou à la surveillante au dîner. - Rencontrer des élèves en individuel, en suivi régulier, pour intensifier le soutien et travailler leurs difficultés adaptatives, à la suite de l'acceptation, par les parents, du service individualisé offert (psychoéducatrice).

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
- Informer les parents sur les actions de l’école et la priorité de l’école (site web de l'école, assemblée annuelle, conseil d'établissement) - Communiquer rapidement avec les parents d'un élève quand un événement de violence ou d'intimidation survient. - Rencontrer les parents pour travailler en collaboration avec eux dans la recherche de solutions pour accompagner leur enfant ou pour convenir de mesures à mettre en place pour éviter les récidives. - Faire toute recommandation nécessaire pouvant favoriser le développement optimal d'un jeune dans un partenariat école-famille (exemple: proposer un service d'aide)


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
- Informer l'enseignant ou le membre du personnel qui est à proximité en surveillance. - Informer son titulaire dès que possible ou demander à rencontrer son titulaire en privé pour lui parler d'un événement observé. - Demander à rencontrer une TES afin d'exprimer une inquiétude ou d'exposer les faits observés lors d'un acte d'intimidation ou de violence. - La TES devra consigner par écrit les observations ou informations reçues de l'élève et en aviser la direction. - Pour une situation jugée mineure mais préventive, les parents peuvent en informer l'enseignant-titulaire de leur enfant. L'enseignante pourra faire le suivi avec la TES ou référer le parent à celle-ci. - Pour une situation jugée plus importante pour le parent (ou qui porte sur des élèves d'autres groupes que celui de leur enfant), le parent peut demander à rencontrer la TES. - Au besoin, la TES dirigera immédiatement les parents vers un membre de la direction. - Pour une situation, le parent a la possibilité de demander une rencontre avec un membre de la direction. - Le suivi sera fait, tout en préservant la confidentialité des élèves impliqués et de leurs parents.

Pour les membres du personnel et les partenaires
Tous les membres du personnel, qui seront témoins d'un acte de violence ou d'intimidation et/ou qui auront intervenu dans de telles circonstances, pourront s'adresser à la TES, dans un premier temps afin que l'information soit consignée et que le suivi soit fait. Puis, la TES devra en aviser la direction.

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information vise le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
1er INTERVENANT (enseignant, éducatrice, surveillante, suppléant) Violence et intimidation - Arrêter la situation. - Rappeler le comportement attendu. - Séparer l’auteur de la victime. - Mentionner qu’un suivi sera effectué. - Signaler la situation selon les modalités prévues. - Mettre en place des mesures de sécurité temporaire pour assurer la sécurité immédiate des personnes impliquées le temps que le 2e intervenant analyse la situation (ex. ajustement des modalités de surveillances, départ hâtif, restreindre l’accès à certaines zones de la cour pour l’un des élèves, formation par les adultes des groupes lors des travaux d’équipe, etc.). Violence sexuelle (les interventions suivantes s’ajoutent) - Arrêter la situation. Nommer qu’il s’agit d’une violence sexuelle. - Rappeler le comportement attendu. Miser sur le respect, la réciprocité et l’intimité. - Vérifier si l’élève se sent en sécurité. S’il ne se sent pas en sécurité, mettre en place des mesures temporaires pour assurer sa sécurité Référer immédiatement après au 2e intervenant. 2e INTERVENANT (TES et/ou psychoéducatrice, puis direction au besoin) Violence et intimidation - Rencontrer séparément les élèves impliqués (témoins, victimes, auteurs) pour documenter la situation : nature de l’événement, sa gravité et les personnes impliquées. - Évaluer les circonstances - Évaluer l’intention : accidentel ou délibéré, motivé par quelle émotion (plaisir, peur, colère, recherche d’attention, pouvoir, vengeance, pression des pairs…). - Évaluer le risque de récidives. - Évaluer la légalité de l’acte. - Informer les parents et les impliquer dans les mesures de soutien. (Réf. : Documents Entrevue avec l'auteur, la victime ou le témoin) Violence sexuelle (les interventions suivantes s’ajoutent) - Évaluer les circonstances - âge des élèves, différence d’âge entre les élèves impliqués, élèves à besoins particuliers, présence de menaces ou de contraintes, la fréquence ou la récurrence. - Évaluer le risque de récidives - évaluer la compréhension de la situation de l’élève auteur et l’impact pour elle et la victime. Évaluer si l’auteur et les témoins utilisent des justifications (en tenir compte dans les mesures de soutien et la sanction). - Évaluer la légalité de l’acte - si l’élève ou l’école porte plainte, cesser immédiatement l’investigation pour ne pas nuire à l’enquête policière. - Informer les parents - établir des modalités avec l’élève victime.

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Violence et intimidation - Reconnaître l’incident et rassurer l’élève - Renforcer le comportement de dénonciation - Évaluer l’impact de la situation pour la victime - Définir des stratégies pour éviter ou réagir aux situations - Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) - Enseigner les comportements attendus avec l’appui des autres adultes de l’école - Établir un plan de sécurité Violence sexuelle (les interventions suivantes s’ajoutent): - Vérifier comment se sent la victime. Dans le cas où l’élève ne se sent pas victime, éviter de victimiser l’élève (s’il n’y a pas de traumatisme, il ne faut pas en induire un). - Demander de vous faire part de ses souhaits pour la suite des choses. - Référer aux ressources spécialisées. La TES aura prévu des rencontres régulières avec l'élève victime (à déterminer selon la situation).

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
Violence et intimidation - Reconnaître l’incident et rassurer l’élève - Renforcer le comportement de dénonciation - Évaluer l’impact sur le climat du groupe, du niveau ou de l’école - Sensibiliser au pouvoir d’action des témoins - Définir des stratégies pour éviter ou réagir aux situations - Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) - Enseigner les comportements attendus (pouvoir d’agir des élèves témoins) - Évaluer la pertinence de réaliser une intervention spécifique auprès des élèves (groupe, niveau, école) Violence sexuelle (les interventions suivantes s’ajoutent) - Ajuster la surveillance. - Dans le cas d’une banalisation des gestes : effectuer une intensification de certains apprentissages en éducation à la sexualité (ex. notion du consentement, mythes concernant la séduction, etc.). - Référer aux ressources spécialisées. Valoriser les élèves qui prennent soin des autres élèves et leur verbaliser comment on a pu minimiser les impacts d'un événement grâce à leur intervention et leur vigilance.

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
Violence et intimidation - Reconnaître l’incident (amorcer la réflexion sur l’utilisation du/des geste(s), tenter de déterminer les raisons sous-jacentes) - Définir des stratégies pour mettre fin à la situation (gestion de la colère, développer des habiletés sociales, etc.) - Impliquer les parents pour la mise en œuvre des stratégies - Déterminer avec l’élève des engagements à prendre. - Prévoir un moyen de réparation avec l'élève. - Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) - Enseigner les comportements attendus (trouver une réponse acceptable à ses besoins) selon un plan d’action à définir. - Renforcer les progrès de l’élève. Assurer la sécurité des élèves de l’école : - Surveillance accrue - Limiter les zones fréquentées par l’auteur - Aménager des horaires particuliers Violence sexuelle (Les interventions suivantes s'ajoutent) - Référer aux ressources spécialisées

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Selon l’analyse des circonstances, la gravité, la fréquence, l’intensité, la conséquence des actes de violence ou d’intimidation commis à l’endroit de la victime et le potentiel de récidive de l’auteur de l’agression, les sanctions disciplinaires seront graduées. ATTENTION : toutes sanctions disciplinaires doivent s’accompagner de mesures de soutien. Ces mesures doivent permettre à l'élève de réparer son geste, de développer une culture de responsabilité, de développer son autocontrôle et son autonomie. La TES aura à prévoir des rencontres régulières ou ponctuelles avec l'élève auteur (selon la situation). Un suivi sur le moyen de réparation déterminé sera fait afin que l'élève comprenne bien les effets et conséquences de ses gestes et/ou paroles.