Plan de lutte 2022-2023

084 - École Saint-Gabriel-Lalemant

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE



















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
QESvi 2001-05-02

Forces du milieu
Le climat relationnel est très positif entre les élèves et les membres du personnel. Il en est de même pour les élèves entre eux. Dans le quartier, les élèves ont de bonnes habitudes de vie. Les élèves utilisent une démarche de résolution de conflits, mais ils ont besoin de modélisation afin de l'utiliser de manière autonome. Les élèves coopèrent entre eux.

Vulnérabilité ou problématiques Cible
Besoin d'assurer au sein de l'équipe école une cohérence, une constance et une cohésion dans les interventions auprès des élèves ; Assurer une vigilance et une surveillance accrues auprès des élèves afin de diminuer les actes de violence mineure et les situations à risque; Clarifier la procédure de signalement en cas d'acte d'intimidation; Augmenter le sentiment de sécurité général des élèves dans l'école.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
Sondage sur le sentiment de sécurité des élèves de 4e, 5e et 6e année L'équipe du plan de lutte - Mars 2023

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées
Pour une 3e année, nous ferons passer un sondage auprès des élèves afin d'évaluer leur sentiment de sécurité et nous comparerons les résultats avec celui réalisé en mars 2022; Compilation des données statistiques des interventions des techniciens en éducation spécialisée et des éducatrices du service de garde. Mettre en œuvre le code de vie révisé - soutien aux comportements positifs Clarifier la démarche de résolution de conflits auprès des élèves et du personnel; Cibler certains groupes pour participer à des ateliers sur la communication positive (troisième cycle); Cibler certains groupes pour des ateliers de prévention (policier sociocommunautaire, 4e année); Promouvoir au quotidien l'application du code de vie par tous; Port des bretelles par tous lors des surveillances dans la cour. Enseignement explicite des plans de leçons du code de vie révisé aux élèves par le comité socialisation et climat scolaire et les enseignants de l'école. Enseignement explicite de la démarche de résolutions de conflits par la psychoéducatrice et la technicienne en éducation spécialisée de l'école. Intensification du soutien auprès de certains élèves ou groupes selon les besoins.

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
Diffusion de notre plan de lutte sur le site de l'école et par courrier électronique. Information de la tenue des différents ateliers de prévention offerts en classe. Communication avec les parents lors d'une situation problématique (agenda et appels téléphoniques) Information aux parents par le biais de l’Info-parents (capsules pyschoéducatives, promotion de littérature favorisant les comportements prosociaux, etc.) Diffusion de l'information du MEQ concernant la thématique de prévention de la violence et de l'intimidation (exemple : campagne l'adulte comme modèle de la bienveillance).


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
Encourager les élèves à utiliser l’adresse de courriel prévue pour la dénonciation d’actes d’intimidation (stgab.communication@csdm.qc.ca). Encourager les élèves et les parents à utiliser l’adresse de courriel prévue pour la dénonciation d’actes d’intimidation (stgab.communication@csdm.qc.ca).

Pour les membres du personnel et les partenaires
Mise en place d’un registre (un moyen de diffusion confidentiel) des situations vécues à la portée des intervenants (spécialistes, éducatrices, professionnels, etc.) concernés pour qu’ils puissent intervenir de façon préventive et efficace. Le personnel et les parents doivent informer la direction par écrit de tout acte d’intimidation ou de violence.

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information compromet le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les Actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
uite au signalement, une enquête est déclenchée. Les personnes responsables du plan de lutte rencontrent les personnes impliquées (auteur(s), témoin(s), victime(s)) procèdent à la collecte des données, complètent la fiche de signalement et déterminent s'il s'agit d'un acte de violence ou d'intimidation. En cas de déclaration d'acte d'intimidation ou de violence par l'équipe du plan de lutte, les élèves victimes, auteurs et témoins sont rencontrés afin de déterminer les facteurs de risque/vulnérabilités. Un retour est ensuite fait avec les membres du personnel impliqués auprès des élèves, afin de déterminer les mesures à mettre en place. Les interventions sont validées auprès de la direction. Les parents des élèves concernés sont informés au moment du signalement de la situation d'intimidation ou de violence et impliqués dans les suites de la démarche. La nature des mesures de soutien et des mesures de sanctions, s'il y a lieu, seront déterminés en fonction de la gravité de la situation/gestes/paroles et des besoins des élèves. Un registre-école consigne les informations. En cas de cyberintimidation, un rappel des règles d’utilisation des médias sociaux est également envoyé aux parents. Pour les actes de violence sexuelle, l'école se référera aux protocoles d'intervention sur les comportements sexualisés et violences sexuelles du Centre de services scolaire de Montréal.

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Arrêt immédiat de la situation pour sécuriser la victime (retrait si nécessaire); Rencontre de la victime par les intervenants du plan de lutte; Interventions ciblées par les professionnels selon la gravité de la situation. Interventions ponctuelles et spontanées selon les besoins de la victime : rassurer, sécuriser; Concertation de la part des adultes impliqués auprès de l'enfant, tel que décrit dans la démarche ci-haut, afin de déterminer les mesures de soutien à mettre en place.

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
Sensibilisation des témoins à l’importance de leur rôle dans une situation d’intimidation ou de violence; Des mesures de soutien additionnelles pourraient être prévues en milieu scolaire, en fonction des besoins soulevés lors de l'entrevue. nterventions ponctuelles et spontanées; Concertation de la part des adultes impliqués auprès des témoins ; Sensibilisation des élèves témoins à l’importance de leur rôle dans une situation d’intimidation ou de violence; Intervention menant à nommer et décrire le comportement et amorcer la réflexion sur l’intimidation et la violence.

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
Arrêt immédiat de la situation; Sensibiliser l'auteur à l'impact des gestes posés (ex: technique d'impact, discussion) et l'accompagner dans la réparation; Concertation de la part des adultes impliqués auprès de l'enfant, tel que décrit dans la démarche ci-haut, afin de déterminer les mesures de soutien à mettre en place pour l'enfant (ex: atelier de développement des habiletés sociales, de gestion des émotions, etc.).

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Les sanctions disciplinaires seront appliquées selon la gravité de la situation en fonction du code de vie de l'école. Interventions ponctuelles et spontanées selon les besoins de l'auteur : prévenir, sécuriser; Concertation de la part des adultes impliqués auprès de l'enfant, tel que décrit dans la démarche ci-haut, afin de déterminer les mesures de soutien à mettre en place.