Plan de lutte 2022-2023

104 - École Saint-Gérard

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
En raison du contexte de la pandémie, il a été recommandé de ne pas faire une analyse de la situation de l'école car celle-ci ne serait pas représentative. 2020-12-01

Forces du milieu
1) Enseignement explicite des comportements attendus; 2) Programme d'habiletés sociales pour les élèves plus vulnérables (programme d'intervention l'ALLIÉ); 3) Valorisation des bons comportements (billet Geai-rare); 4) Référentiel dans l'agenda de l'élève; 5) Code de vie éducatif; 6) Ateliers sur les habiletés sociales dans les classes par le TES; 7) Sous-groupes d'habiletés sociales par le TES; 8) Retour hebdomadaire avec les élèves ayant eu un billet de communication dans la semaine; 9) Bonne gestion de classe chez les enseignants; 10) Intervention rapide lors d'incidents de violence; 11) Formation ARRAS pour tout le personnel de l'école (automne 2020); 12) Surveillance stratégique sur la cour d'école; 13) Formation sur la surveillance stratégique (hiver 2020); 14) Organisation des aires de jeux avec animateurs responsables; 15) Capsules sur la violence et l'intimidation à chaque mois dans l'Info-Parents; 16) Programme "Non à l'intimidation" au 3e cycle (Unité sans violence); 17) Présence continue du TES sur la cour; 18) Collaboration avec l'agent sociocommunautaire du SPVM (au besoin).

Vulnérabilité ou problématiques Cible
1- Aucun formulaire de signalement accessible 2- Aucune implication directe des élèves dans le plan 3- Cartable de suivis des interventions à prévoir Augmenter de 10% d’ici juin 2022 le nombre d’élèves par classe capable de formuler un message clair et non-violent lors d'une situation conflictuelle.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
Il y aura 2 cueillettes de données. Avant l'enseignement explicite du message clair et non-violent, une mise en situation sera administrée aux élèves pour vérifier leur capacité à émettre ce type de message. Une deuxième mise en situation semblable à la première sera administrée une fois que l'ensemble des moyens prévus au plan de lutte seront mis en place et enseignés. Nous pourrons ainsi évaluer si les moyens mis en place ont eu l'effet escompté sur l'ensemble des élèves de l'école. 1- Janvier 2021 La psychoéducatrice de l'école concevra la première situation et fera la distribution aux enseignants ciblés. Les enseignants feront passer cette mise en situation aux élèves. 2- Février 2021 Le comité plan de lutte compilera les résultats. 3- Décembre 2021 La psychoéducatrice concevra la deuxième mise en situation et la distribuera aux enseignants des mêmes élèves. 4- Janvier 2022 Le comité plan de lutte compilera les données afin de vérifier si la cible a été atteinte.

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées
L'élève est capable de formuler un message clair et non-violent dans une situation conflictuelle. - Lecture du référentiel dans l'agenda à chaque début d'année; - Afficher les étapes de résolution de conflit dans la classe en permanence; - Affiche du message clair à plusieurs endroits stratégiques dans l'école; - Animer des ateliers spécifiques sur la gestion de la résolution des conflits avec des sous-groupes d’élèves vulnérables. (psychoéducatrice et TES); - Appuyer les enseignants des classes plus problématiques pour aider les élèves à se constituer une banque de stratégies pour mieux gérer les conflits (TES, réinvestissement par les enseignants).

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
1- Informer les parents sur les actions et la priorité de l’école par le journal l'Info-Parents, par des lettres ainsi que lors des rencontres de parents; 2- Offrir une conférence sur la prévention de la violence et la lutte à l'intimidation aux parents de l'école; 3- Se donner un délai de 24 heures pour communiquer avec les parents lors de situations de violence et d'intimidation (équipe-école); 4- Échanger par courriel ou par téléphone; 5- Suggérer et mettre en œuvre des pistes d’interventions auprès de leur enfant, tant à la maison qu’à l’école; 6- Diffuser sur le site Internet de l’école le plan d’action pour le règlement des conflits ainsi que les conséquences éventuelles; 7- Diffuser le code de vie sur le site Internet de l'école; 8- Faire lire et signer le code de vie qui se trouve dans l'agenda par les parents; 9- Présence et implication de plusieurs parents dans l'école (ex: bénévolat, conseil d'établissement, OPP, Fondation de l'école Saint-Gérard, Les Aventuriers,...).


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
- Remplir le formulaire de signalement adapté en fonction du groupe d'âge à compléter et le déposer dans la boîte aux lettres située au secrétariat; -Demander le soutien d’un adulte (enseignants, éducateurs du SDG, TES, psychoéducateur, direction, parents). À noter: Avant l'implantation, les deux types de formulaires ainsi que le protocole seront présentés aux élèves par la psychoéducatrice de l'école. Elle abordera également la définition de l'intimidation. - Remplir le formulaire de signalement disponible sur le site Internet de l'école et au secrétariat et le transmettre ensuite à la direction; -Communiquer avec la personne qui peut être au fait de la situation et qui peut aider votre enfant à la régler (enseignant, éducateur du service de garde ou direction); - Communiquer les faits (nature de l’évènement, élèves impliqués, heures, lieux, circonstances…). À noter: Un outil de dépistage sera disponible.

Pour les membres du personnel et les partenaires
- Formulaire accessible sur la clé USB (Guide du personnel), au secrétariat et sur le TEAMS de l'équipe-école. DÉFINITION DE L'INTIMIDATION (LIP 2012) " Tout comportement, parole, acte ou geste délibéré ou non à caractère répétitif, exprimé directement ou indirectement, y compris dans le cyberespace, dans un contexte caractérisé par l'inégalité des rapports de force entre les personnes concernées, ayant pour effet d'engendrer des sentiments de détresse, et de léser, blesser, opprimer ou ostraciser." Les quatre critères suivants doivent être présents pour que l'on puisse parler d'intimidation : 1- Il doit y avoir des gestes négatifs répétitifs et constants contre la victime. 2- Il doit y avoir un déséquilibre de force entre l'intimidateur et la victime. 3- Il doit y avoir une différence entre les émotions ressenties par l'intimidateur et par celui qui est la cible suite à un incident d'intimidation. 4- Une intention de faire du tort.

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information compromet le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les Actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
- Réception du signalement; - Recevoir le signalement en toute confidentialité (élève, enseignant, parent, éducateur, etc.); - Accompagner vers un autre adulte, si l’adulte qui reçoit le signalement n’est pas disponible; - Informer la direction; - Contacter, en toute confidentialité, la personne (adulte ou jeune témoin, parent, victime, etc.) qui signale pour recueillir les informations et l’informer qu’un suivi de la demande sera fait dans les prochains jours; - Analyse de la situation; - Recueillir et consigner les faits individuellement (témoin, auteur, victime) à l’aide du document de signalement disponible; - Évaluer rigoureusement la nature de l’évènement : s’agit-il de violence sexuelle ou d’un acte d’intimidation?; - Rencontrer la victime et lui offrir le soutien et l'accompagnement nécessaire selon le contexte; - Informer les personnes concernées (enseignants, éducateurs, professionnels, parents, élèves) dans un climat de respect de l’intimité : • de la situation • des démarches faites à ce jour • du résultat de l’évaluation du signalement. ACTIONS POSÉES : - Rencontrer la victime et lui offrir un soutien dans un environnement sécuritaire et l’accompagnement nécessaire selon le contexte, intimidation ou violence sexuelle; - Mettre en place des mesures de protection, selon la situation et les besoins de la victime; - Intervenir auprès de la ou des personnes qui intimident (voir méthode d’intérêt commun pour le détail des interventions à privilégier); - Informer chacun des acteurs des étapes qui suivront; - Consigner les informations à l’aide de la fiche de suivi; - Mettre en place, au besoin, un plan d’intervention pour les élèves, les victimes et les agresseurs concernés par des manifestations récurrentes ou sévères d’intimidation; - Au besoin, avoir recours aux ressources professionnelles de l’école, du réseau, du CSSDM et de la communauté (TES, TS, répit-conseil, agent de liaison); - Faire une plainte au SPVM si nécessaire. *** Pour tous les gestes de violences sexuelles, les intervenants se réfèreront au document "Protocoles d'intervention: comportements sexualisés et violences sexuelles".*** (voir Annexe)

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
- Rencontrer la victime; - Lui offrir un soutien et l’accompagnement nécessaire selon les besoins; - Référer aux ressources professionnelles de l’école, du CSSS et du service de police si besoin; - Assurer un suivi régulier et constant auprès de l’élève et ses parents par des rencontres individuelles et ce, jusqu’à ce que la situation se soit résorbée; - Rencontre en sous-groupe; - Échange téléphonique avec les parents et autres intervenants; - Présence et bienveillance.  - Questionner la victime et consigner les dates de rencontres à l'aide de la fiche de suivi;  - Assurer un suivi par la direction auprès des intervenants et des ressources professionnelles;  - Demander aux parents de tenir l’école informée de toute récidive.

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
- Rencontrer les témoins et leur offrir soutien et accompagnement selon la situation (ex: encourager et renforcer les attitudes qui aident à l'arrêt de la situation d'intimidation).  - Questionner le témoin par l’intervenant qui s’est occupé du dossier;  - Assurer un suivi par la direction auprès des intervenants et des ressources professionnelles.

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
- Arrêter les gestes et demander de cesser l’intimidation; - Soutenir l’élève auteur dans sa compréhension de son comportement; - Outiller l’élève auteur pour agir autrement; - Assurer un suivi régulier et constant auprès de l’élève auteur et de ses parents; - Rappeler les comportements attendus et renforcer positivement leur manifestation; - Référer aux ressources professionnelles de l’école, du CSSS et du service de police SPVM si besoin.

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Selon la gravité, la fréquence, l'intensité, la conséquence des actes de violence ou d'intimidation commis à l'endroit de la victime et le potentiel de récidive de l'auteur de l'agression, les sanctions disciplinaires peuvent être les suivantes :  - Avertissement verbal et retrait de privilège, le cas échéant;  - Réflexion écrite et lettre d’excuses;  - Période de réflexion après l'école;  - Rencontre parents, direction, élève, enseignant (peut-être la première étape selon le geste);  - Visite du policier SPVM sociocommunautaire;  - Suspension interne;  - Suspension externe;  - Expertise et référence à l’externe.  - Rencontrer l’élève auteur et consigner les dates de rencontres à l’aide du document de signalement disponible sur le site Internet de l’école;  - Assurer un suivi par la direction auprès des intervenants et des ressources professionnelles;  - Demander aux parents de tenir l’école informée de toutes informations pertinentes;  - Informer les parents de l'évolution et des interventions déployées auprès de leur enfant.