Plan de lutte 2021-2022

171 - École Judith-Jasmin

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE




















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
Grille d’évaluation des compétences des élèves 2021-12-08

Forces du milieu
* Le climat relationnel est très positif entre les élèves et les membres du personnel. De façon générale, il en est de même pour les élèves entre eux. * Les élèves coopèrent et sont engagés. Les élèves du 3e cycle sont formés à la médiation et à une démarche de résolution de conflit. On retrouve des animateurs-médiateurs et secouristes aux périodes de récréations. * Une valeur thématique est préconisée mensuellement. * Il y a peu de manifestations de violence dû à la cyberintimidation, peu de batailles, peu de vol, ou de vandalisme. * Les membres du personnel sont mobilisées et engagés. Leur sentiment d'appartenance est fort et beaucoup d'efforts sont déployés afin de l'augmenter chez les élèves. * De nombreuses activités multidisciplinaires et interclasses sont mises de l'avant.

Vulnérabilité ou problématiques Cible
Des manifestations d’insultes et de violence verbale sont présentes à l’école à divers moments de la journée. Les cours d'école et les toilettes sont des lieux où se produisent davantage ces manifestations. Augmenter de 10% d’ici juin 2022 le nombre d’élèves de l'école qui ont développé les habiletés de la gestion des émotions suivantes : * Utiliser des stratégies pour se calmer; * Nommer les émotions ressenties lors d’un conflit; * Exprimer ses émotions d’une manière adéquate.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
Utilisation de la grille de cueillette de données des compétences des élèves par les enseignants de chaque groupe. Pour chacun des élèves de leur classe, les enseignants auront à évaluer si la présence ou non de la gestion des émotions (stratégies pour se calmer, nommer les émotions ressenties lors d’un conflit, exprimer ses émotions d’une manière adéquate). Il y aura 3 cueillettes de données et les élèves chez qui les critères de la gestion des émotions seront plutôt présents seront comptabilisées. Après la 3e cueillette, les données permettront de quantifier le nombre d’élèves pour lesquels la gestion des émotions est plutôt présente. * 1re cueillette de données par les enseignants: Décembre (avant l’animation d’ateliers) * 2e cueillette de données par les enseignants: Avril (après le congé des fêtes, ce qui permettra de monitorer l’intervention) * 3e cueillette de données par les enseignants: Juin Le comité plan de lutte compile les résultats et fait un suivi aux membres du personnel de l’école.

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées
* Que les élèves se donnent 3 stratégies personnelles pour se calmer. * Que les élèves reconnaissent l’intensité de leurs émotions à l’aide du thermomètre intérieur. * Que les élèves, en pratique autonome, utilisent une stratégie pour se calmer lorsqu’une émotion est intense et lors d’un conflit. * Que les élèves puissent nommer les émotions aux adultes et aux autres élèves lors d’un conflit. * Engager l'élève dans un processus d'autoévaluation du programme Vers le Pacifique. * Enseigner systématiquement les comportements attendus dans tous les groupes (enseignants, TES, psychoéducatrice). * Poursuivre l’appropriation de la technique de résolution des conflits (enseignants). * Appliquer les modalités du plan de surveillance, notamment aux toilettes et dans les cours d'école. * Profiter de la surveillance pour renforcer les comportements attendus (surtout en lien avec le langage approprié et la résolution des conflits). * Modéliser les comportements auprès des élèves. * Utiliser les ancrages dans la progression des apprentissages en éducation à la sexualité pour approfondir les contenus. (apprentissage au niveau de la reconnaissance et de l’expression des sentiments et des émotions). * Animer des ateliers spécifiques sur la gestion de la colère et de la résolution des conflits avec un sous-groupe d’élèves (TES, psychoéducatrice). * Appuyer les enseignants des classes pour aider les élèves à se constituer une banque de stratégie pour se calmer (TES, psychoéducatrice, réinvestissement par les enseignants).

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
* Informer les parents sur les actions de l’école et la priorité de l’école. * Organiser une rencontre pour explorer comment les parents peuvent réinvestir la gestion des émotions. * Se donner un délai de 24 heures pour communiquer avec les parents lors de situations.


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
L'élève parle ou écrit un message à une personne de confiance (direction, secrétaire, enseignant, TES, psychoéducatrice , éducateur, parent, etc.) En tout temps , un parent peut contacter la direction de l'école pour signaler un évènement que son enfant soit impliquer ou non en communiquant par courriel jjasmin@csdm.qc.ca ou par téléphone au 514-596-.4404

Pour les membres du personnel et les partenaires
Le membre du personnel informe verbalement ou par écrit la direction, le TES ou la psychoéducatrice.

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information compromet le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
1er INTERVENANT (surveillant, enseignant, éducateurs): Violence et intimidation : * Arrêter la situation. * Rappeler le comportement attendu. * Séparer l’auteur de la victime. * Mentionner qu’un suivi sera effectué. * Signaler la situation selon les modalités prévues.- * Mettre en place des mesures de sécurité temporaire pour assurer la sécurité immédiate des personnes impliquées le temps que le 2e intervenant analyse la situation (ex. ajustement des modalités de surveillances, départ hâtif, restreindre l’accès à certaines zones de la cour pour l’un des élèves, formation par les adultes des groupes lors des travaux d’équipe, etc.). Violence sexuelle (voir protocole annexé) 2e INTERVENANT(direction, psychoéducatrice, TES): Violence et intimidation * Rencontrer séparément les élèves impliqués (témoins, victimes, auteurs) pour documenter la situation : nature de l’événement, sa gravité et les personnes impliquées. * Évaluer les circonstances-Accidentel ou délibéré, motivé par quelle émotion (plaisir, peur, colère, recherche d’attention, pouvoir, vengeance, pression des pairs, ...). * Évaluer le risque de récidive.- * Évaluer la légalité de l’acte. * Informer les parents et les impliquer dans les mesures de soutien. Violence sexuelle (voir protocole annexé)

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Violence et intimidation Objectifs poursuivis: * Reconnaître l’incident et rassurer l’élève * Renforcer le comportement de dénonciation* Évaluer l’impact de la situation pour la victime * Définir des stratégies pour éviter ou réagir aux situations * Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) * Enseigner les comportements attendus avec l’appui des autres adultes de l’école * Établir un plan de sécurité Violence sexuelle ( voir protocole, annexé) * L’élève victime est rencontré par un intervenant pour lui permettre d’exprimer ses émotions (souffrance, colère, etc.). * L’élève victime reçoit un accompagnement supplémentaire selon son besoin (enseignant, TES, psychoéducatrice). * L’élève victime reçoit un suivi sur les habiletés sociales ou l'estime de soi par la TES ou la psychoéducatrice si nécessaire. Les parents sont impliqués.

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
Violence et intimidation -Reconnaître l’incident et rassurer l’élève -Renforcer le comportement de dénonciation-Évaluer l’impact sur le climat du groupe, du niveau ou de l’école-Sensibiliser au pouvoir d’action des témoins -Définir des stratégies pour éviter ou réagir aux situations-Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) -Enseigner les comportements attendus (pouvoir d’agir des élèves témoins)-Évaluer la pertinence de réaliser une intervention spécifique auprès des élèves (groupe, niveau, école) Violence sexuelle ( voir protocole annexé) L’enseignant ou l’intervenant revient sur la situation vécue 2 à 4 semaines plus tard (via le conseil de coopération par exemple).

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
Mesures de soutien de l’élève auteur: Violence et intimidation Objectifs poursuivis : * Reconnaître l’incident (amorcer la réflexion sur l’utilisation du/des geste(s)) * Définir des stratégies pour mettre fin à la situation(gestion de la colère, développer des habiletés sociales, etc.) * Impliquer les parents pour la mise en œuvre des stratégies * Déterminer avec l’élève des engagements à prendre * Intensifier au besoin les stratégies de prévention ciblées par l’école (voir la cible) * Enseigner les comportements attendus (trouver une réponse acceptable à ses besoins) selon un plan d’intervention * Renforcer les progrès de l’élève Assurer la sécurité des élèves de l’école : * Surveillance accrue * Limiter les zones fréquentées par l’auteur * Aménager des horaires particuliers Violence sexuelle (voir protocole annexé)

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
Sanctions disciplinaires: Selon l’analyse des circonstances, la gravité, la fréquence, l’intensité, la conséquence des actes de violence ou d’intimidation commis à l’endroit de la victime et le potentiel de récidive de l’auteur de l’agression, les sanctions disciplinaires seront graduées. ATTENTION: Toutes sanctions disciplinaires doivent s’accompagner de mesures de soutien. Ces mesures doivent permettre à l'élève de réparer son geste, de développer une culture de responsabilité, de développer son autocontrôle et son autonomie. Une rencontre est prévue pour le suivi avec l'élève victime, l'élève-témoin et l'élève-auteur dans les jours et les semaines qui suivent l'évènement afin de s'assurer que la situation est réglée.