Plan de lutte 2021-2022

252 - École Louise-Trichet

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE





















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
Questionnaire sur l'environnement socioéducatif (QES), Consignation des plaintes 2018-2019 et 2019-2020 2019-01-15

Forces du milieu
La perception du climat relationnel entre tous les répondants, du climat de sécurité des élèves tel que perçu par eux et du climat de sécurité des adultes. Il y a peu de vols, de vandalisme ou du cyber-intimidation à l'école. La qualité du climat relationnel et de sécurité est bonne. Il n'y a pas de moment qui semble plus propice aux agressions. Les élèves et le personnel perçoivent l'école comme sécuritaire.

Vulnérabilité ou problématiques Cible
Insultes des élèves entre eux, menaces entre les élèves et les insultes envers un membre du personnel. Vulnérabilité: contact physique fréquent entre même sexe ou inter sexe, agressions physiques entre élèves (d'autres écoles), conflits. Lieux moins sécuritaires: toilettes, cour d'école, transport en commun, voisinage, corridors et casiers. Surveillance, gestion des comportements en classe, application des règles, intervention en situation de crise. Diminuer de 10% le nombre de plaintes relatives aux conflits chez les élèves d'ici juin 2021. À la fin de l'année, chaque élève aura vécu au moins un atelier de sensibilisation de prévention de l'intimidation ou de la violence. Renforcer la qualité des relations entre les divers répondants, conditions essentielles à un climat éducatif sain.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
Commentaires des adultes, observations, plaintes des parents et consignation des plaintes TES à la fin de chaque année scolaire

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées
Un plus grand respect dans les échanges entre les jeunes et entre les adultes et les jeunes. Interventions rapides et efficaces pour les écarts de langage, voire violence verbale, par tous les adultes de l'école. Conférence de l'agent socio communautaire PDQ et de différents partenaires (cumulus, jeunes en tête, déstresse et progresse, etc.) pour la prévention sur l'utilisation des médias sociaux, risques judiciaires, enseignement des stratégies pour éviter ou réagir aux différentes situations vécues. Bonification de l'offre des activités midi et parascolaires. Ajout d'un directeur adjoint et d'un surveillant. Mise en place de caméras de surveillance et d'écrans de télévision pour diffuser les messages de sensibilisation pour élèves ainsi que des informations utiles pour dénoncer tout comportement déplacé. Des messages seront diffusés pour aider les victimes et les encourager à aller chercher de l'aide. Présentation du plan de lutte en tournée de classe. Mise en place d'un contrat d'engagement impliquant l'enfant ainsi que ses parents pour corriger ou prévenir des situations récurrentes. Présentation du vidéo ARASS en rencontre collective pour outiller les enseignants dans les interventions. Révision du plan de surveillances (ajout de postes de surveillance) Accompagnement par répit conseil pour l'uniformisation de l'encadrement des élèves. Poursuivre la consignation des plaintes. Prévoir des rencontres pour uniformiser les interventions en rendant nos actions plus efficaces(TES, Direction et enseignants impliqués)

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
Consultation du plan de lutte sur le site de l'école Sensibilisation des parents à la gravité des gestes qui définissent le conflit, le harcèlement et l'intimidation Mise en place d'un contrat d'engagement impliquant les parents et l'enfant pour corriger des situations récurrentes. Convocation des parents pour rencontrer l'équipe d'intervention en présence de l'agent socio communautaire au besoin lors de situation d'intimidation Favoriser l'accompagnement du parent qui le souhaite par un support du CLSC ou d'une personne ressource extérieure


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
Aviser une éducatrice spécialisée ou un autre adulte de l'école qui remplira le formulaire. Prévoir un boîte fermée désignée pour le dépôt de plaintes anonymes. Prévoir une adresse courriel pour poster des plaintes anonymes ou non. Appeler ou écrire à l'adresse correspondante dénoncer une situation inquiétante de violence ou d'intimidation.. Prévoir une adresse courriel pour poster des plaintes anonymes ou non.

Pour les membres du personnel et les partenaires
Aviser les TES, la psychoéducatrice ou la direction de la situation

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information compromet le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les Actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
- Tout acte de violence, de menace, d'intimidation ou de harcèlement doit être signalé à un adulte de l'école. La plainte sera dirigée vers une TES ou un intervenant de l'école. - Rencontre de toutes les parties impliquées par les TES qui détermineront s'il s'agit d'une situation d'intimidation, de violence ou de conflit avant de prendre les mesures nécessaires. - Consignation des informations et suivi auprès des parents concernés. - Lorsqu'il y a des raisons de croire qu'un enfant de moins de 18 ans subit ou risque de subir un abus sexuel, la loi oblige la personne informée de la situation de la signaler à la DPJ sans délai. - Être témoin d'une agression et la taire rend la personne tout aussi responsable que l'agresseur; elle peut conséquemment y être liée par complicité. Il est donc important que ces personnes dévoilent tout événement qui restera confidentiel.

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
- Rencontre de médiation avec l'accord de la victime - Suivi individuel avant et après par la TES (2-3 semaines) - Intervention par l'agent socio communautaire si nécessaire - Offrir un service de professionnel de l'école - Services du CIUSSS, Services de la Fondation Marie-Vincent, aide aux parents des enfants et des adolescents victimes (514) 285-0505, CALACS - Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, Soutien de groupe et individuel pour des jeunes de 12 ou 14 ans et plus selon les CALACS, Accompagnement médico-socio-judiciaire pour les victimes, Trêves pour Elles (514)251-0323, Mouvement contre le viol et l'inceste (514)278-9383, Centre des victimes d'agressions sexuelles de MTL (514)934-4504, CAVAC - Centre d'aide aux victimes d'actes criminels, Suivi psychosocial pour les victimes d'actes criminels, Références aux services spécialisés 1(866)532-2822. - Informer les enseignants de la situation et des personnes impliquées. - Suivi individuel par TES (2 à 3 semaines suivant l'incident) - Séparer l'auteur de la victime - Mesures de sécurité temporaires pour assurer la sécurité immédiate des personnes impliquées - Présence renforcée des adultes dans les lieux communs - Évaluation de la situation, risque de récidive, aspect légal, etc.

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
- Rencontre individuelle offerte par les TES ou une personne ressource de l'école - Suivi individuel TES (2 à 3 semaines après l'événement) - Suivi individuel par les TES - Intensification de l'éducation en matière de dénonciation, de consentement, pouvoir des témoins par les TES - Enseignement des stratégies pour éviter ou réagir aux situations - Ateliers de sensibilisation assurés par des intervenants externes

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
- Suivi individuel offert par un professionnel de l'école - Rencontre avec les parents et la direction - Inscrire l'élève dans des ateliers de sensibilisation et d'information - Évaluation des circonstances (accidentelles, délibérées, motivations, etc.)

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
- Suspension interne, externe - Geste de réparation, travail de réflexion - Intervention policière - Atelier de gestion de la colère, habiletés sociales - Rencontre entre les parents, la psychoéducatrice et/ou un autre intervenant et la direction - Signature d'un contrat d'engagement de l'élève et de ses parents - Réorientation d'établissement scolaire - Suivi assuré en psychoéducation ou par un autre intervenant pour l'élève et le parent selon la situation - Enseignement des comportements attendus (PI au besoin) - Horaire particulier, limiter les zones fréquentées, etc. - Suivi individuel par la psychoéducatrice et/ou un autre intervenant, par la direction ou l'agent socio communautaire - Plainte possible par l'école et référence pour enquête policière en cas de besoin - Communication avec les parents