Plan de lutte 2021-2022

312 - Centre Lartigue - FGA

PLAN DE LUTTE POUR PRÉVENIR ET COMBATTRE L'INTIMIDATION
LA VIOLENCE À L'ÉCOLE

Conforme aux directives du MELS en vigueur dès 2014-2015






IDENTIFICATION DE L'ÉCOLE





















ANALYSE DE LA SITUATION (ACTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE)


Outil utilisé pour effectuer l'analyse de situation de l'école Date de la passation
Questionnaire auprès des élèves des niveaux 3 à 8 2021-10-04

Forces du milieu
Suite à la passation du sondage, une majorité d’étudiants ont une grande confiance aux enseignants ainsi qu’aux membres du personnel. Il y a peu ou pas de cas de violence et d’intimidation au sein du Centre. Afin de répondre aux besoins du milieu, le Centre Lartigue prévoit mettre en place: -L’utilisation du journal étudiant pour la sensibilisation de l’intimation et de la violence (capsules); -Atelier en classe en collaboration avec le SPVM (Entente SPVM-CSSDM :formation donnée par des agents-nous aurons davantage d’information cet automne); -Ateliers de sensibilisation sur l’intimidation préparés par les intervenants du Centre.

Vulnérabilité ou problématiques Cible
Actualisation du code de vie. Absence d’ateliers de sensibilisation sur la violence et l’intimidation. Actualiser le code de vie pour la session débutant le 8 février 2022. Démystifier les formes d’intimidation auprès des élèves des niveaux 1 à 8.

Moyens d'évaluation de la cible Quand et Qui?
-Création du comité code de vie -Actualisation du code de vie -À chaque session, présentation par les enseignants du code de vie aux élèves -Déposer le code de vie sur une plateforme numérique accessible aux élèves et au personnel de l’établissement (TEAMS, Site Web de l’école) -Aborder ces thèmes au moyen d’ateliers animés par la technicienne en éducation spécialisée ou le psycho éducateur -Inviter des ressources externes pour aborder différents termes comme la diversité culturelle

Comportements attendus Moyens retenus: Prévention universelle Moyens retenus: Interventions ciblées

Mesures de collaboration avec les parents (Conformément aux directives ministérielles et favorisant la stratégie pro-parents de la CSDM)
NA


LE SIGNALEMENT D'UNE SITUATION

Voici les modalités pour effectuer un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence

Pour les élèves Pour les parents
Auprès de l’enseignant qui référera au TES et/ou au psycho éducateur si le problème perdure dans le temps. NA

Pour les membres du personnel et les partenaires
Auprès de la direction ou de la direction adjointe

L'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus concernant un acte d'intimidation ou de violence. Voici les mesures mises en place dans l'école :

Les élèves victimes ou témoins, de même que leur famille, hésitent parfois à dénoncer par crainte des représailles. C'est pourquoi l'école assure la confidentialité de tous les signalements reçus. Voici les mesures en place dans notre école :

* Les noms de ceux qui sont venus dénoncer les actes ne seront pas divulgués aux élèves impliqués ou aux familles.

* L'échange d'information reste nécessaire pour agir efficacement et assurer la sécurité des élèves dans les différents lieux de l'école. Deux balises permettent de cerner l'absolue nécessité d'échanger une information concernant un élève :

  1. Lorsque cette information compromet le développement ou la sécurité de l'élève.
  2. Lorsque l'ignorance de cette information par l'un ou l'autre des intervenants peut causer préjudice à l'élève.

* Toutes les démarches entreprises seront faites avec discrétion et les situations ne seront jamais discutées devant des personnes qui ne sont pas concernées par la situation signalée.

La direction de l'école qui est saisie d'un signalement concernant un acte d'intimidation ou de violence doit, après avoir considéré l'intérêt des élèves directement impliqués, communiquer promptement avec leurs parents afin de les informer des mesures prévues dans ce présent plan de lutte contre l'intimidation et la violence.

Toutes les manifestations de violence et d'intimidation seront prises au sérieux.



LE PROTOCOLE D'INTERVENTION POUR LES GESTES D'INTIMIDATION ET DE VIOLENCE


Les actions qui doivent être prises lorsqu'un acte d'intimidation est constaté lorsqu'un acte d'intimidation ou de violence est constaté
-Rencontre avec l’élève qui dénonce l’intimidation, il y a une rencontre avec les témoins de l’incident -Validation des informations via le document produit à cette fin et trouver les preuves pour poursuivre les actions -Rencontre avec l’élève victime d’intimidation -Rencontre avec l’intimidateur et application des mesures disciplinaires appropriées -Effectuer un suivi auprès de la victime et de l’intimidateur pour que l’incident ne se reproduise pas

Mesures de soutien de l'élève victime Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
-Suivi auprès de l’élève victime d’intimidation par un membre de la direction -Suivi personnalisé avec l’aide du TES et/ou du psycho éducateur -Outiller les élèves victimes -Suivi par un membre de la direction des personnes ayant vu ou subi la situation -Dans les cas les plus sérieux, rencontrer l’agent sociocommunautaire

Mesures de soutien de l'élève témoin Suivis réalisés pour s'assurer que les témoins restent vigilants et se responsabilisent lors d'une situation
-Suivi auprès du témoin par un membre de la direction -Suivi personnalisé avec l’aide du TES et/ou du psycho éducateur -Sensibiliser les témoins sur l’importance de dénoncer les actes d’intimidation ou de violence -Outiller les témoins Informer le personnel concerné afin d’être vigilant et rapporter d’autres faits Mesures

Mesures de soutien de l'élève auteur pour favoriser un changement de comportement
-Rencontre avec l’élève fautif -Suivi avec l’aide du TES et/ou psycho éducateur

Sanctions disciplinaires Suivis réalisés pour s'assurer que la situation est réglée
-Interdiction de communiquer avec la victime, dans les cas les plus graves -Suspension et dans les cas les plus graves, renvoi et fermeture du dossier au Centre. -Au besoin, rencontre avec l’agent sociocommunautaire ou plainte à la police -Suivi par un membre de la direction des personnes ayant vu ou subi la situation -Dans les cas les plus sérieux, rencontrer l’agent sociocommunautaire